Alter-Neo.fr: Missions en entreprise dans toute la France / Consultations particuliers à Paris, RP et Visio 06.13.59.55.46 [email protected]
Relations entre neurosciences, coaching et thérapies brèves

Relations entre neurosciences, coaching et thérapies brèves

Neuro-Coaching.io

Relations entre neurosciences, coaching et thérapies brèves

Les neurosciences est une discipline scientifique qui étudie la structure et le mode de fonctionnement du cerveau et du système nerveux central. Un des apports de la neuroscience est la découverte de la plasticité neuronale, c’est-à-dire la capacité  extraordinaire du cerveau de créer, modifier, défaire, restructurer et réorganiser ses réseaux neuronaux… Et un des rôles d’un coach ou thérapeute est justement d’indure ou favoriser des changements chez leurs clients.

Favoriser des changements

Un des changements possible est celui du mode de pensée. Les croyances et les attitudes sont les régulateurs du fonctionnement de l’esprit. Les emotions et leur gestion ont également une influence. Travailler sur ces facteurs  entraînent des changements effectifs et une modification du comportement. De nouvelles habitudes différentes plus adaptées ou plus saines entraînent  une adaptation et, avec le temps, des améliorations et des changements durables.

Le coaching développe les capacités mentales nécessaires, comme la résilience, et aide à soutenir un changement durable. Les thérapies brèves entre autre induisent des modification dans la manière d’appréhender, analyser et ressentir son environnement.

La prise de conscience soutient la mobilité ascendante du succès.

La connaissance de soi aide à réaliser l’ampleur de son potentiel.

La motivation aide à maintenir ou à atteindre ses objectifs.

La résilience signifie être conscient des changements qui se produisent dans son nouvel environnement.

L’optimisme permet d’avoir des espoirs spéculatifs sur une bonne évolution vers la résolution d’un problème.

La pensée critique aide à prendre une décision importante à différentes étapes.

La gestion du stress aide à faire face aux défis de la vie.

Le coaching de santé devient de plus en plus une mesure efficace pour aider les gens à introduire et à maintenir des changements durables.

Une question de neuroplasticité du cerveau

Tous les processus mentaux, en particulier les processus psychologiques complexes, sont liés au fonctionnement du cerveau. Si la psychothérapie, le conseil psychologique ou le coaching sont efficaces, ils le sont  grâce à l’apprentissage cognitif, en provoquant des changements dans les expressions du gène. Les interactions neuronales humaines et les expériences influencent le fonctionnement du cerveau. Le concept de changement du cerveau est désormais bien établi dans les neurosciences et est généralement ou souvent appelé neuroplasticité, plasticité cérébrale, ou encore plasticité neuronale. De nombreuses recherches en neurosciences montrent que le cerveau change tout au long de la vie.

Les neurosciences et les thérapies brèves

Nos comportements et perceptions découlent  de notre motivation, de nos émotions,  du langage, de notre conscience, de notre mémoire, de notre attention, etc.

L’objectif d’une thérapie brève est d’arriver rapidement à un changement de comportement, une modification de perception de son environnement et d’une manière plus générale, son rapport au monde dans des domaines précis.

Ces changements et modifications sont possibles grâce à la plasticité du cerveau (sa faculté de modifier sa structure) et peuvent être induits entre autre de manière voulue par des thérapies brèves telles que l’hypnose et l’EMDR en particulier.

Les neurosciences et le coaching

Dans le coaching également, nos méthodologies, techniques et surtout exercices que nous faisons pratiquer à nos clients ont pour but entre autre des prises de conscience, des changements comportementaux et des ouvertures à d’autres stratégies pour aboutir à l’objectif fixé.

A l’instar des thérapies brèves, le choix des outils utilisés prendront en compte les spécificités de nos clients en regard des changements escomptés et voulus. Par leur apport à la compréhension des phénomènes cognitifs, les neurosciences nous permettrons de les optimiser et les affiner.

Principes de neurosciences appliqués au coaching et thérapies:

En l’an 2000, Eric Kandel a reçu le prix Nobel de physiologie pour ses recherches sur le stockage de la mémoire dans les neurones. Quelques années avant de recevoir le prix Nobel, Kandel a écrit un article sur le lien mental. Il y expliquait comment les neurosciences pouvaient apporter une nouvelle vision de la santé mentale, du bien-être et de la forme physique. Sur la base de l’étude de Kandel, des chercheurs ont proposé à la Yale School of Medecine, 7 principes de thérapie basée sur le cerveau pour les psychologues et les thérapeutes. Ces principes ont reçu une nouvelle traduction en applications pratiques pour les entreprises de santé et de bien-être et les coachs de vie, et les thérapeutes.

 La nature et l’acquis sont tous deux gagnants.

Tant la génétique que l’environnement interagissent dans le cerveau pour le façonner et influencer le comportement.

La thérapie ou le coaching peuvent être considérés comme un « outil environnemental » stratégique et ciblé pour faciliter le changement et peuvent constituer un moyen efficace de façonner les voies neuronales.

 Les expériences transforment le cerveau.

Les réseaux de notre cerveau associés aux émotions et aux souvenirs, tels que le cortex préfrontal, l’amygdale et l’hippocampe, ne sont pas câblés – ils sont « plastiques ». Le cerveau élague et ajuste ses connexions en fonction des expériences qu’il vit.

Les souvenirs sont imparfaits.

Nos souvenirs ne sont jamais un compte rendu parfait de ce qui s’est passé. Les souvenirs sont réécrits à chaque fois que nous nous les remémorons, en fonction de la manière, du moment et de l’endroit où nous les retrouvons.

Par exemple, une question, une photographie ou une odeur particulière peuvent interagir avec un souvenir et le modifier au fur et à mesure qu’il est rappelé.

Avec l’expérience de la vie, nous tissons des récits dans nos souvenirs. Les souvenirs autobiographiques qui racontent l’histoire de notre vie sont toujours en cours de révision, précisément parce que notre sens du moi l’est aussi.

Consciemment ou non, nous utilisons l’imagination pour réinventer notre passé, et avec lui, notre présent et notre avenir.

 L’émotion sous-tend la formation de la mémoire.

Les souvenirs et les émotions sont des processus neuronaux interconnectés.

L’amygdale, qui joue un rôle dans l’excitation émotionnelle, sert de médiateur aux neurotransmetteurs essentiels à la consolidation de la mémoire. L’excitation émotionnelle a la capacité d’activer l’amygdale, qui module à son tour le stockage de la mémoire.

Les recherches suggèrent que chacun d’entre nous construit des émotions à partir de diverses sources : notre état physiologique, nos réactions à l’environnement « extérieur », nos expériences et notre apprentissage, ainsi que notre culture et notre éducation.

Les relations sont le fondement du changement

Les relations dans l’enfance ET à l’âge adulte ont le pouvoir de susciter des changements positifs.

Parfois, il suffit de l’amour, des soins ou de l’attention d’une seule personne pour aider une autre à changer pour le mieux.

La relation thérapeutique a la capacité d’aider les clients à modifier les systèmes neuronaux et à améliorer la régulation des émotions.

Imaginer et faire sont à peu près la même chose pour le cerveau.

L’imagerie mentale ou la visualisation active non seulement les mêmes régions du cerveau que le comportement réel, mais peut également accélérer l’apprentissage d’une nouvelle compétence.

Imaginer une vie différente peut tout aussi bien provoquer le changement que l’expérience réelle.

Nous ne savons pas toujours ce que notre cerveau « pense ».

Les processus inconscients exercent une grande influence sur nos pensées, nos sentiments et nos actions (mais je ne suis pas prêt à donner un pourcentage sur « la part du subconscient »).

Le cerveau peut traiter des informations non verbales et inconscientes, et ces informations influencent les relations thérapeutiques et autres. Il est possible de réagir à des perceptions inconscientes sans comprendre consciemment la réaction.

Comment utilisons nous les neuro-sciences chez Alter-Neo ?

Dans toute chose on peut faire les choses tout simplement, ou alors faire en essayant de comprendre.

Nous avons pris le parti dans notre pratique de l’hypnose, EMDR, EFT,PNL et autres thérapies brèves ainsi que dans notre pratique du coaching de comprendre tant soit peu l’incidence de nos méthodologies au niveau neurologique. Au-delà de la compréhension, celle-ci nous permet également une optimisation de nos méthodes et processus.

 

Informations sur les thérapies brèves que nous pratiquons:

Informations sur la sophrologie

Informations sur la sophrologie

La sophrologie est une méthode thérapeutique qui utilise la relaxation physique et psychique à titre préventif ou curatif. La sophrologie se veut une synthèse de différents courants de pensée occidentaux et orientaux. L’Orient est à l’origine du yoga (ayurveda) et du zen, une philosophie dans laquelle la concentration et l’entraînement de l’esprit jouent un rôle important.
Les influences occidentales sur la sophrologie se composent d’éléments de l’hypnose, du training autogène, de la bioénergie selon Lowen, de la végétothérapie selon Reich et de la relaxation psychotonique. Dans toutes ces méthodes thérapeutiques, on travaille soit avec la relaxation, soit avec des techniques visant à atteindre le bien-être physique et psychique au moyen d’un équilibre énergétique.

Philosophie / Origine de la sophrologie

La sophrologie a été développée en 1960 par le docteur Alfonso Caycedo, neuropsychiatre espagnol. Son objectif était de créer une forme de thérapie qui tienne compte des connaissances de la médecine chinoise ancienne et de la médecine indienne. Étant donné qu’une maladie exprime le déséquilibre du corps, de l’âme et de l’esprit, les trois niveaux devaient pouvoir être traités simultanément. Caycedo ne voulait toutefois pas traiter uniquement les maladies avec sa méthode thérapeutique – la sophrologie doit permettre à l’homme de mieux se connaître et de mener une vie plus harmonieuse.

Technique de la sophrologie

Le premier objectif de la thérapie sophrologique est la relaxation ciblée – celle-ci aide la personne traitée à mieux se concentrer sur des processus internes ou sur des souvenirs. L’état de relaxation est appelé « état sophronique » ou « état sophro-liminal » et est obtenu par une décontraction des muscles et une respiration calme. Sous la direction du sophrologue, la personne concernée essaie de mobiliser des forces de guérison en mettant les symptômes de la maladie en relation avec son mode de vie. Il se concentre par exemple sur un point douloureux et prête attention aux souvenirs qui surgissent. Il s’agit ainsi de briser les automatismes qui peuvent conduire à un symptôme de maladie dans une situation donnée. Dans une étape suivante, la personne traitée s’imagine comment elle agira et ressentira positivement à l’avenir au lieu de la réaction pathogène. Comme il se trouve dans un état de relaxation, ces représentations peuvent s’imprégner plus profondément et sont presque « vécues ».
Les sophrologues utilisent également leur technique à titre préventif, par exemple lors de la préparation à un examen ou à un accouchement. Cette méthode de travail est appelée « sophro-acceptation progressive » ou « sophro-anticipation positive ». L’anticipation positive de situations futures nécessite une ou plusieurs séances.

Applications de la sophrologie

La sophrologie est surtout utilisée pour les troubles dans lesquels le stress et les facteurs psychiques jouent un rôle d’accompagnement important. En outre, la sophrologie peut aider en cas de maladies psychiques.

La sophrologiepeut également être utilisée à titre préventif ou être un moyen de soutien pour des épreuves ou des situations qui vont ou pourraient survenir.

Comment utilisons nous la sophrologie chez Alter-Neo ?

Nous faisons rarement des sessions complètes de sophrologie. L’utilisation de la sophrologie est pour nous souvent un point de départ « soft » len préambule de nos premières séances avec nos clients. La sophrologie permet de se deconnecter agréablement du stress de la vie quotidienne afin d’augmenter sa réceptivité au changement.

La sophrologie peut également être un moyen interessant pour travailler sur des stress, situations de stress ou facteurs de stress lors de nos séances de coaching.

Informations sur d’autres thérapies brèves que nous pratiquons:

PNL – Programmation Neuro Linguistique

PNL – Programmation Neuro Linguistique

La PNL est une boite à outil, d’analyse, d’information et de compréhension sur la perception qu’à un individu sur le monde qui l’entoure et aux réactions associées. A partir des éléments relevés , la PNL permet également de mettre en place des stratégies comportementales modifiées et réadaptées.

La programmation neurolinguistique, ou PNL, est un modèle de motivation et de communication qui a été développé dans les années 1970. Il a été développé grâce à l’analyse de psychothérapeutes très performants et est aujourd’hui utilisé dans les domaines les plus divers de la vie, tels que la thérapie, la vente, le leadership, le partenariat et les relations avec les enfants.

La PNL combine des approches conversationnelles, comportementales, hypnotiques et corporelles. Elle consiste à modifier (programmer) systématiquement nos pensées, nos sentiments et notre comportement (neuro) au moyen du langage (linguistique).

Que représente l’acronyme  PNL ?

– Neuro :

Neuro désigne le système nerveux dont nous avons besoin pour capter les informations de l’environnement au moyen de nos organes sensoriels, puis pour les traiter. Notre perception, notre pensée, nos sentiments et notre comportement dépendent de notre système nerveux.

– Linguistique :

La linguistique désigne le langage que nous utilisons pour communiquer à l’extérieur avec d’autres personnes et en même temps à l’intérieur avec nous-mêmes. Les mots créent notre réalité intérieure.

– Programmation :

La programmation désigne un changement systématique et ciblé. L’approche PNL signifie :  modifier de la manière la plus ciblée possible et conserver cette modification afin de pouvoir construire sur cette base. Elle permet d’ameliorer la communication afin d’avoir plus de succès dans les relations avec les autres, permet d’être plus créatif et surtout développer le plein potentiel de chacun.

 Qu’apporte la PNL ?

– Gérer ses émotions au quotidien de manière consciente

– Aiguiser sa propre perception

– Communiquer avec une nouvelle qualité

– Avoir un mode de pensée positif

– Modifier durablement les comportements négatifs

– Trouver des solutions ciblées

Même les comportements négatifs peuvent cacher des intentions positives. Se comporter de manière têtue et défensive pourrait peut-être même être utile, selon le contexte.

Bien entendu, la PNL peut également être utilisée dans des domaines thérapeutiques. Depuis des années, la méthode a fait son entrée avec succès dans les cabinets psychothérapeutiques, les centres de conseil et les institutions psychosociales. Les praticiens de la santé et les psychothérapeutes utilisent la PNL pour modifier durablement les comportements de leurs clients.

L’efficacité de la PNL

Le subconscient joue un rôle important dans les décisions et les actions. Richard Bandler et John Grinder les fondateurs de la PNL partaient déjà de cette hypothèse dans les années 1970. Dans leur travail, ils tiennent compte du fait que l’inconscient doit être impliqué dans un travail de changement profond. Ce n’est que lorsque le cerveau est pris en compte que le travail de changement peut s’avérer vraiment durable et efficace.

Un nouveau comportement doit être programmé et mis en pratique. Les réseaux neuronaux qui sont fréquemment utilisés forment une « autoroute cérébrale », alors que ceux qui sont rarement utilisés « s’encombrent » comme une jungle. Si le comportement n’est pas programmé correctement, il peut arriver que le cerveau choisisse à nouveau l’ancien chemin et roule sur l’autoroute cérébrale.

Quel est le rapport avec la PNL ? La PNL permet au cerveau d’accéder à un nouveau comportement. Grâce à ce que l’on appelle le « Future Pace », des alternatives d’action sont déjà programmées pour l’avenir dans le réseau de voies du cerveau. L’objectif de la PNL, qui consiste à ne plus devoir s’occuper d’un problème mais à placer la solution au centre, ouvre également la voie au changement. Les utilisateurs peuvent modifier les comportements et les émotions de manière ciblée et surtout durable à l’aide de différents outils.

Utilisation de la PNL chez Alter-Neo

Nous utilisons de manière constante la PNL dans nos relations avec nos clients ainsi que dans le  cadre de coachings orientés vers des objectifs en développant ainsi les points forts des personnes coachées.

EFT (Emotional Freedom Technique)

EFT (Emotional Freedom Technique)

L’EFT (« Emotional Freedom Techniques ») est une méthode de traitement innovante, douce et étonnamment efficace pour réduire le stress, les sentiments pénibles et les douleurs physiques en peu de temps – parfois même en quelques minutes – de manière perceptible et mesurable. L’EFT est facile et rapide à apprendre, elle convient parfaitement à l’auto-application – et montre souvent un effet positif là où d’autres méthodes ne sont pas ou pas suffisamment efficaces.

L’EFT se base sur les connaissances les plus modernes en matière de psychologie, de neurobiologie et d’épigénétique et est libre de tout dogme et de toute pratique ésotérique ou pseudo-scientifique.

Comment fonctionne l’EFT ?

L’EFT est une technique de tapping qui vise à libérer les blocages énergétiques du corps par des tapotements.

Des points d’acupression spécifiques sont tapotés. Ces points sont les endroits du corps où l’énergie s’est fixée – elle y est pour ainsi dire bloquée. Cela se produit lorsque des émotions négatives comme les soucis, l’anxiété et les doutes sont stockés dans le corps.

Selon la médecine chinoise, notre corps est constitué de méridiens, c’est-à-dire de voies énergétiques par lesquelles circule notre énergie vitale, appelée chi. L’EFT fait partie de la psychologie énergétique et s’oriente, tout comme l’acupuncture, sur ce système de méridiens. En tapotant sur eux, on cherche à éliminer les blocages énergétiques et donc le problème qui était une conséquence de ce blocage.

En tapotant sur les méridiens et en nous concentrant sur notre problème, nous pouvons influencer le système énergétique et le faire à nouveau circuler.

Si nous ressentons des émotions négatives, notre système énergétique est perturbé. En d’autres termes, le souvenir d’une expérience négative provoque la perturbation du système énergétique. Si l’on supprime la partie de la perturbation du système énergétique, aucune émotion négative ne peut survenir ici et maintenant. Ainsi, il n’est pas nécessaire de revivre l’expérience d’origine, ce qui distingue la psychologie énergétique de la plupart des autres approches psychologiques. Et cela explique aussi pourquoi les gens réagissent différemment à la même expérience.

Que se passe-t-il en réalité à l’intérieur de nous lorsque notre énergie est bloquée ? C’est l’amygdale qui est en cause !

L’amygdale fait partie de la partie limbique de notre cerveau et est notre centre de la peur. Lorsque nous ressentons de la peur, elle nous met en mode « fight or flight », c’est-à-dire « combats ou fuis » !

Nos ancêtres en particulier peuvent remercier l’amygdale, qui leur a certainement sauvé la vie à plusieurs reprises. Mais aujourd’hui, nous devons moins souvent fuir devant un tigre à dents de sabre ou défendre notre territoire avec un arc et des flèches, et cette partie de notre cerveau est donc moins utilisée.

Elle est surtout active lorsque, par exemple, nous sommes assis à un entretien d’embauche, la tête toute rouge et en sueur, lorsque notre cœur bat la chamade, lorsque nous faisons un exposé devant de nouveaux collègues ou lorsque nous prenons l’avion et que la peur de l’avion surgit.

Le tapotement permet de réduire le stimuli de l’amygdale.

En se concentrant sur le problème tout en tapotant de manière méditative, on entre dans un état proche de la transe, Dans cet état, nous pouvons percevoir le sentiment négatif de manière dissociée, c’est-à-dire que nous pouvons nous distancer de notre problème et ne plus nous identifier à lui.

Prenons l’exemple de la phobie des araignées. La personne voit une araignée (stimulus) et des sentiments négatifs surgissent. Peut-être qu’elle crie (réaction) et saute sur une chaise (réaction). Cette séquence s’appelle le couplage stimulus-réponse. Si la personne entraîne sa peur avec la technique du tapotement et se concentre sur la phobie des araignées, la séquence peut s’affaiblir et le cri peut se transformer la prochaine fois en un simple tressaillement, ce qui permet de se débarrasser plus rapidement de la peur.

Quand recourir à l’EFT ?

En principe, toutes les peurs et tous les soucis peuvent être tapotés !

Cette technique est particulièrement bénéfique lorsque nous l’utilisons dans des situations où nous ressentons une peur qui, à froid, n’est pas extrême (peur des araignées ou des chiens par exemple). D’autres champs d’application sont les peurs telles que la peur de l’avion, mais aussi les migraines, la tristesse, les troubles du sommeil et les comportements compulsifs.

S’il s’agit de peurs plus complexes ou de crises de panique, la technique peut également aider, mais il est recommandé de rechercher les racines des peurs plus profondes.

Ce qui est enthousiasmant dans l’EFT, c’est la simplicité, l’efficacité et l’applicabilité immédiate de la méthode.

Une technique d’auto guérison gratuite, pour ainsi dire ! On peut utiliser la technique des tapotements où et quand on le souhaite.

Que fait on lors d’une séance d’EFT ?

Dans le protocole de base, Il s’agit de tapoter neuf points, avec lesquels on peut « activer » les méridiens principaux et ainsi libérer les énergies bloquées. En fonction des protocoles des points peuvent être supprimés ou ajoutés.
L’on formule ensuite à haute voix une phrase représentant le trouble sur lequel on souhaite travailler.

On évalue ensuite les émotions associées à ce trouble sur une échelle de 1 à 10.

On tapote ensuite un certain nombre de fois, les points en prononçant d’abord le problème, puis l’acceptation de soi, afin que les mots positifs restent mieux en mémoire (par exemple:  « même si j’ai peur, je m’aime et je m’accepte tel que je suis »

Après les tapotements on réévalue les émotions associées au trouble.

Comment utilisons nous l’EFT chez Alter-Neo ?

Le plus souvent nous donnons des ordalies à effectuer par nos clients à l’issue des séances avec un protocole simplifié de l’EFT avec le tapotement d’un point unique.

Nous pouvons également enseigner et donner le protocole complet à nos clients lors d’une seance d’apprentissage dédiée et spécifique.

 

Informations sur d’autres thérapies brèves que nous pratiquons:

Information sur l’hypnose et la manière dont nous pratiquons l’hypnothérapie

Information sur l’hypnose et la manière dont nous pratiquons l’hypnothérapie

 

L’hypnose (ou hypnothérapie) est une technique par laquelle des personnes se plongent ou plongent d’autres personnes dans un état de conscience modifié – dans une transe hypnotique. Cela permet de travailler sur des expériences enfouies, de traiter des troubles anxieux et d’activer des forces positives. Des opérations chirurgicales sont également réalisées sous hypnose et sans anesthésie.

L’hypnothérapeute n’est ni médecin, ni psychologue, ni psychiatre, ni psychothérapeute. Il ne fait donc pas de diagnostics, ne soigne pas et ne guérit pas. Ses prestations ne prétendent en aucun cas se substituer à un acte médical ou à des prescriptions médicamenteuses.

Les séances d’hypnose s’inscrivent uniquement dans une démarche de bien-être. Elles ne dispensent pas de consulter un professionnel de la santé, chaque fois que cela est nécessaire. Toute question relevant du domaine médical est à poser à son médecin traitant. »

Qu’est-ce que l’hypnose ?

L’hypnose est un procédé qui permet d’accéder au monde intérieur via l’inconscient. L’hypnose n’est pas une opération magique, même si les hypnotiseurs la présentent parfois comme telle dans les spectacles.

Pendant longtemps, on a supposé que la transe hypnotique était un état similaire au sommeil. Or, la recherche moderne sur le cerveau a pu montrer que les personnes sous hypnose sont éveillées et attentives, dans un état de veille paradoxal. La transe est donc plutôt un état de relaxation profonde dans lequel le client porte son attention sur quelque chose de précis.

Lors d’une thérapie par hypnose, le thérapeute peut utiliser cet état. Par le biais du subconscient, il active les forces personnelles et les stratégies d’adaptation du client que celui-ci n’utilise pas au quotidien. Ainsi, l’hypnose peut être utilisée comme soutien pour résoudre des problèmes physiques ou psychiques.

L’hypnose est utilisée de manière autonome ou en combinaison avec d’autres méthodes

Quand recourir à l’hypnose ?

L’hypnothérapie a fait ses preuves dans le traitement de troubles très divers tels que l’anxiété, la dépression, les troubles obsessionnels compulsifs et les troubles alimentaires. Elle permet également de traiter efficacement les dépendances (par exemple le tabagisme) et les douleurs chroniques. En outre, l’hypnose peut être efficace pour traiter les troubles du sommeil et les troubles sexuels, ou d’autres domaine comme la gestion d’un deuil ou d’une séparation.

En outre, l’hypnose est une méthode très appréciée pour gérer la douleur et apporter un soutien lors d’interventions médicales.

L’hypnose – quand n’est-elle pas conseillée ou seulement avec prudence ?

L’hypnothérapie n’est pas conseillée aux personnes qui traversent une psychose aiguë et non adaptée aux personnes  souffrant d’états psychotiques (manie, poussée schizophrénique).

En cas de problèmes cardio-vasculaires ou d’hypotension ou chez les personnes souffrant d’épilepsie, l’hypnose demande une attention particulière. Si l’on prend des médicaments, il convient de consulter son médecin traitant avant l’hypnothérapie. L’hypnose ne doit par ailleurs ne pas être pratiquée sous l’influence de l’alcool ou de drogues.

Que fait-on lors d’une séance d’hypnose ?

Avant une hypnose, le praticien procède à un entretien préliminaire (l’anamnèse) afin d’éviter toute situation désagréable pour le client pendant l’hypnose. Le praticien doit être au courant des peurs, des angoisses et des limitations physiques du client.

L’hypnose commence par la phase d’induction, au cours de laquelle le client (hypnotisé) est conduit en état d’hypnose.

Une fois que l’hypnotisé est en transe, le thérapeute mobilise les ressources du patient à l’aide de suggestions, l’objectif étant d’induire une perception différente en rapport avec le sujet de la consultation.

La durée totale de l’hypnothérapie, en temps et en nombre de séances dépend de l’objectif convenu, du type du trouble et de la résistance du client.

Quels sont les risques de l’hypnose ?

L’hypnose à été très controversée à certaines époques mais se démocratise de plus en plus. Certaines personnes craignent l’hypnose parce qu’elles pensent qu’elle leur fait perdre le contrôle d’elles-mêmes. D’autres pensent que l’hypnose est une supercherie ou une illusion.

Des expériences scientifiques montrent toutefois que l’hypnothérapie est une méthode de traitement efficace pour de nombreuses personnes. Et même si, pendant la transe, on peut avoir l’impression d’effectuer des mouvements malgré soi, par exemple, on n’est pas dépourvu de volonté pendant une hypnose.

Tout le monde peut il être hypnotisé ?

La réponse est oui, sous réserve expresse que la personne le souhaite et l’accepte, néanmoins des personnes sont de même certaines personnes sont plus faciles à hypnotiser que d’autres.

Le plus de notre pratique: 

Nous avons été formé à plusieurs techniques différentes d’hypnose, en particulier l’hypnose Ericksonienne et l’hypnose Elmanienne, ce qui nous permet d’adapter plus facilement à nos clients. Par ailleurs afin de donner à nos clients le maximum de chances d’atteindre un état de transe permettant le travail thérapeutique, nous utilisons des lunettes de luminothérapie, éventuellement de la musique binaurale sur laquelle nous mixons notre voix et monitorons le rythme respiratoire de nos clients afin de caler au mieux nos inductions.

Un autre point est que l’hypnotiseur a une certaine position de pouvoir dans son rôle. Il est donc important qu’il agisse de manière éthique et ne mette pas en danger la santé de l’hypnotisé.

Vous pouvez consulter à ce sujet notre code de déontologie -> Voir notre code de déontologie de thérapies brèves

À quoi dois-je faire attention après une hypnose ?

L’hypnose fonctionne principalement sur l’état de relaxation. Il est donc préférable que le client prenne suffisamment de temps avant l’hypnose et qu’il n’arrive pas à la séance de thérapie, par exemple, débordé et stressé.

Une marge de temps à l’issue de la séance est également conseillée. L’expérience de l’hypnose peut être très intense. Il est également possible que le client s’endorme pendant la relaxation profonde de la transe. Comme après vous s’être levé le matin, il y aura peut être besoin d’un peu de temps pour retrouver votre vie quotidienne.

En outre, après l’hypnose, il faut prendre le temps d’assimiler ce qui a été vécu. Si vous travail est axé sur des objectifs thérapeutiques, il faut donner aux suggestions le  temps et la possibilité d’agir.

Le pouvoir de l’hypnose réside également dans la désactivation momentanée des pensées autocritiques et négatives qui accompagnent nombre d’entre nous au quotidien. Après l’hypnose, de nombreuses personnes se sentent pleines d’énergie et de motivation, il faut profiter d’en profiter …

Informations sur d’autres thérapies brèves que nous pratiquons: